COMMUNAUTE D'AGGLOMERATION BEAUNE CÔTE ET SUD

                    Historique

                    Depuis plusieurs années les élus des communes des cantons de BEAUNE Nord, BEAUNE Sud, NOLAY, ainsi que quelques Maires de communes de Saône-et-Loire, réfléchissaient à la création d’une structure intercommunale, afin de se réunir au sein d’un espace de solidarité en vue d’élaborer et de conduire ensemble un projet commun de développement et d’aménagement de leur territoire, en synergie entre espaces ruraux et urbains du territoire.

                    Après de longs mois de travail concerté et de multiples réunions, ce projet a abouti le 1er janvier 2007 à la création de la Communauté d’Agglomération « BEAUNE, Côte et Sud », Communauté d’Agglomération BEAUNE-CHAGNY-NOLAY.

                    Rappel des principales étapes de création

                    •11 aout 2006 : arrêté interpréfectoral portant projet de périmètre notifié par Mme la Préfète de Saône-et-Loire et M. le Préfet de Côte d-Or aux conseils municipaux des 54 communes concernées les appelant à délibérer tant sur le périmètre que sur les projets de statuts ayant fait l’objet d’une rédaction concertée entre les Maires et délégués des communes ;

                    •20 décembre 2006 : arrêté interpréfectoral portant création au 1er janvier 2007 de la Communauté d’Agglomération BEAUNE, Côte et Sud, Communauté d’agglomération BEAUNE-CHAGNY-NOLAY.

                    Pourquoi la Communauté d’Agglomération ?

                    "Il nous fallait une taille pertinente pour rester attractifs et nous battre à armes égales avec les deux grandes Communautés d’Agglomération que sont DIJON et CHALON" indique Alain SUGUENOT, Président de la Communauté d’Agglomération.

                    Le but affiché : "fédérer un cadre de vie, un espace rural protégé sur la Côte", ce que le Président appelle un poumon vert. "Nous appartenons à un espace de vie naturel et cohérent, très ramassé, où les échanges sont quotidiens".

                    Avec la Communauté d’Agglomération, "Il y a une vraie solidarité entre les territoires". Et de préciser encore "Dans un souci de modération fiscale, seule la taxe professionnelle, financera les compétences communes. Autrement dit : c’est le développement économique qui permettra le développement des services à la personne, sans que cela n’ait d’impact sur les habitants".

Vous pouvez remplir votre page ici...